Robert Louis Stevenson

   

 

 

L’écossais Robert Louis Stevenson au cours d’une vie aventureuse âprement disputée à la maladie a toujours eu une respectueuse admiration pour les canoéistes.

 

C’est en 1876, à Gretz sur Loing, environ 3 ans avant d’écrire « Travel with a donkey in the Cevennes » qu’il forme avec son riche ami le Duc d’Edimbourg Sir Walter Simpson, un projet de croisière sur leurs embarcations l’Aréthuse et la Cigarette.

 

Au début la navigation sur la Haute Sambre ne devait pas poser trop de problèmes mais le récit de croisière qu’il fait de leur descente sur la vive et rapide Oise est touchante à bien des égards.

 

Il écrivait notamment :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il a pour finir eu une tombe puisque selon sa volonté, il a été enterré à 472 m d'altitude au sommet du mont Vaea, face à l'océan Pacifique dans l'Ile Upolu de l'archipel des Samoa. Par contre, sa tombe ne porte semble-t-il en épitaphe que les premiers vers de son poème Requiem composé à Hyères en 1884