1    Alsace  Lorraine


Quand on évoque cette région de France, on ne pense d’abord qu’à toutes ses rivières qui, tombant du versant Est des Vosges vers la plaine d’Alsace, traversent les vignobles avant de rejoindre l’Ill.
On ignore trop souvent celles situées sur le versant lorrain qui rejoignent sans trop de turbulence le bassin de la Moselle. Elles semblent faire partie d’un autre monde, pourtant, lorsque la Moselle rejoindra le Rhin en territoire allemand, leurs destinées seront mêlées.

 L’Ill, épine dorsale de l’Alsace, reçoit toutes les rivières situées en dessous de Strasbourg. Son bassin de 4630 km², le plus grand de cette région, est alimenté par les rivières alsaciennes telles que Doller, Thur, Lauch, Fecht, Weiss, Liepvrette et Bruche qui ont peu de chemin à parcourir pour descendre le versant est des Vosges et rejoindre l’Ill. Cette dernière est polluée sur son cours moyen, mais cette pollution ne compromet heureusement pas trop le charme de la « Petite France » quand elle entre dans Strasbourg. Les moulins, les ponts couverts  des tours fortifiées, les écluses, font toujours partie du monde enchanté de la rivière.

 


   Vue aérienne de la Petite France à Strasbourg

 

Les rivières situées au nord de Strasbourg telles que l’Ill, la Zorn, la Moder, ainsi que la Sauer se jettent dans le Rhin avant qu’il ne s’enfonce en terre allemande lorsqu’il reçoit la Lauter sur sa gauche. Généralement plus polluées et parfois boueuses comme la Moder, les rivières de cette partie Nord sont moins attrayantes que leurs petites sœurs du Sud, seule la partie haute de leur cours peut présenter un intérêt, mais les bassins ne sont pas très grands, Zorn (825 km²), Sauer (635 km²),  et le débit est en général insuffisant.

La Moselle, quant à elle, prend sa source à la charnière des lignes de séparation des eaux sur les flancs du Ballon d’Alsace, l’endroit de France où il pleut le plus (2 400 mm d’eau par an). Sauvage sur son cours supérieur, elle traverse très vite de nombreuses villes besogneuses avec une pollution moins accablante que ne le laisserait croire l’industrialisation de ses rives. Mis à part le Madon qu’elle reçoit rive gauche, tous ses affluents lui viennent de la droite, Moselotte, Vologne, Meurthe avec ses nombreux apports (Plaine, Rabodeau, Fave) et enfin la Seille qu’elle reçoit à Metz, avant de s’enfoncer en territoire allemand. La plupart des parcours de cette région sont praticables en canoë ouvert.

Les rivières alsaciennes et lorraines sont alimentées par le massif des Vosges. la période favorable pour leur descente se situe à la fonte des neiges, au printemps, ou en cas de saison pluvieuse.