11   Bretagne

   

Bordées à l’est par la Vilaine et son immense bassin de plus de 10.800 km², les rivières bretonnes sont des rivières de plaine se jetant pour la plupart directement dans la Manche ou dans l’Atlantique. Elles ont une vie intense et éphémère. Elles évacuent rapidement les grains comme les pluies persistantes, sont rarement violentes et ne provoquent généralement pas d’inondations sérieuses.

 

Dans la partie sud, on ne peut parler de la Bretagne sans citer les profondes et mystérieuses rias de l’Ellé

 ou de l’Odet ainsi que celle de la Rance vers le barrage. Soumises au régime des marées, il faut les descendre, en utilisant le courant du jusant qui draine les bas cours maritimes de ces rias pour profiter de leur forte personnalité. Celle-ci est telle que l’Ellé, après en avoir terminé avec sa section sportive sous les roches du Diable et reçu l'Isole, change de nom à Quimperlé. Pour nous faire comprendre qu’elle n’est plus la même, elle s’appellera désormais Laïta. S'il n'y avait cette pollution qui s'infiltre insidieusement ce serait parfait.  Plus à l’est, le Blavet et l’Oust sont les deux rivières bretonnes qui se disputent la suprématie pour la grandeur du bassin et la longueur de rivière.

  

Description : D:\Jean\Mes sites Web\site-CK\rep\11\bretagne_fichiers\image002.jpg
 La Laïta, une des plus belles rias bretonnes

L’Oust avec son bassin de 3 000 km² est le plus long des deux (155 km), mais c’est le Blavet qui a les eaux les plus claires particulièrement en amont de Pontivy, d’où l’on peut descendre en canoë sur près de 40 km. Il faut saluer l’initiative de la Maison de la rivière sur les bords de l’Elorn qui s’est fixée pour mission le nettoyage des berges et la conservation du patrimoine constitué par les rivières du parc naturel d’Armorique à l’extrémité ouest de la Bretagne. Une initiative qui mériterait d’être imitée un peu partout en France pour sauvegarder notre magnifique patrimoine.